S'identifier
 
 
 
 
 
   
Khèmpo Deunyeu Rimpoché
Khèmpo Deunyeu Rimpoché fut le plus proche disciple de Bokar Rimpoché. Les deux lamas ont entretenu une relation très étroite depuis leur enfance, relation qui ne s’est jamais distendue par la suite.
Tout comme Bokar Rimpoché, Khèmpo Deunyeu Rimpoché est né dans les hauts plateaux au climat très rude qui s’étendent sur l’ouest du Tibet, en 1943, soit trois ans après celui qui allait devenir son maître. De sa famille étaient issus, dans le passé, plusieurs très bons lamas, notamment deux érudits: Mèndong Tsampa Rimpoché à qui l’on doit un certain nombre de traités et Sourou Khèmpo.
Ses parents étaient des gens d’une grande pauvreté, si démunis qu’il leur était difficile d’assurer la subsistance de leurs trois enfants. Comme cela se faisait dans ce cas au Tibet, ils ont préféré les laisser au monastère, choisissant celui de Bokar Rimpoché, qui n’était pas loin. Khèmpo était l’aîné des trois. Il devait avoir alors douze ans.
Au monastère, les enfants n’avaient d’abord personne pour s’occuper d’eux et n’avaient pas de chambre. La nuit, ils dormaient à même le sol, souvent avec les chiens pour profiter de leur chaleur.
Bokar Rimpoché et son tuteur, Lama Teundroup Tachi habitaient dans la même pièce. Chaque soir, Lama Teundroup Tachi confectionnait à la fin du repas un chambou, c’est-à-dire une boule de pâte serrée dans la main en lui imprimant la marque des doigts et qu’on jette dehors en la consacrant aux esprits. Khèmpo avait si peu à manger qu’il guettait le moment où Lama Teundroup Tachi jetterait le chambou, se précipitait pour le prendre et se sauvait pour le manger.
Nyerpa Tratcheu, l’économe du monastère, remarqua vite ce jeune garçon si pauvre et en eut pitié. Il suggéra à Bokar Rimpoché de le prendre au service du ladrang (la résidence du lama), afin qu’en échange de son travail il reçoive de quoi manger et de quoi se vêtir. Le jeune moine est donc devenu serviteur au ladrang, affecté, selon les besoins, à des tâches variées: la cuisine, l’entretien du feu, la surveillance des moutons et des yaks, etc.
Il ne savait bien entendu pas lire, mais manifestait un fort désir d’apprendre. Certains pensaient qu’il n’y arriverait pas, ou que cela ne lui servirait pas, mais lui insistait beaucoup. Finalement, Bokar Rimpoché lui-même commença à lui enseigner les lettres de l’alphabet et vit qu’il assimilait avec une grande facilité. Rapidement, le jeune garçon s’est mis à lire des textes et parvenait à comprendre leur sens. Son intelligence s’est révélée extrêmement vive. Il comprenait immédiatement tout ce que Bokar Rimpoché lui expliquait. Sa soif de savoir était si ardente que, dès qu’il avait un moment de libre, il en profitait pour prendre un livre et l’étudier; il retenait énormément de choses par cœur. Chaque fois qu’il voyait un ouvrage nouveau il voulait le lire. Contrairement à la plupart des enfants, il n’était nullement nécessaire de le pousser pour qu’il étudie. Il fallait au contraire le freiner, car il avait tendance à négliger son travail pour satisfaire son désir de connaissance.
Arrivé en Inde en compagnie de Bokar Rimpoché, après bien des difficultés dues à la fuite du Tibet et aux premiers temps de l’exil, Khèmpo Rimpoché a d’abord fréquenté l’école tibétaine de Darjeeling, pendant cinq ans. Il y étudiait le tibétain classique des textes, le tibétain oral et l’anglais. Il obtenait chaque année la première place à l’examen final. Il s’est ensuite rendu à l’université tibétaine de Bénarès où il a suivi un cycle de neuf ans d’études sortant, encore une fois, premier de sa promotion.
Refusant ensuite un bon poste qu’on lui proposait, en raison de ses brillants résultats, à Dharamsala, le siège du Dalaï-Lama et du gouvernement tibétain en exil, Khèmpo Rimpoché préféra rejoindre son précieux maître qui terminait alors une retraite à Sonada, non loin de Darjeeling.
Il a ensuite assisté Bokar Rimpoché dans monastère de Mirik dans toutes ses tâches: formation des moines et des lamas du monastère, enseignement des Occidentaux, accomplissement des rituels, etc. Amoureux de la pratique autant que de l’étude, il consacre une grande partie de son temps à la méditation. Depuis le décès de Bokar Rimpoché en 2004, il assume entièrement la direction du monastère.
Ouvrages de l'auteur :
Les Splendeurs de Tara
Vivre en fils des bouddhas
 
 
En cas de problèmes lors de l'utilisation du site, merci de nous contacter à l'adresse webmestre@clairelumiere.com
Pour toute autre raison, merci de nous contacter à l'adresse contact@clairelumiere.com